ovni - infos france Index du Forum ovni - infos france
Tout sur les OVNIs, l'astronomie, les nouvelles technologies, ...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le cas de Varginha (Avril 1997)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ovni - infos france Index du Forum -> Ufologie -> Les classiques de l'Ufologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Patrick COMBES
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2017
Messages: 26

MessagePosté le: Lun 31 Juil - 16:11 (2017)    Sujet du message: Le cas de Varginha (Avril 1997) Répondre en citant

Le cas de Varginha (Avril 1997)




 
Citation:










 En Avril 1997 plusieurs personnes sont témoins de l'écrasement violent d'un OVNI près de la ville de Varginha, au Brésil. Les pompiers municipaux, et ensuite l'armée, interviennent et s'interposent. Dans les jours qui suivent, d'autres personnes rencontrent des êtres non-terrestres tentant de se cacher ou de s'enfuir au quatre coins de la ville. L'armée, puis des agents en civils se livrent à une véritable traque, capturant voire tuant ces êtres, dont certains sont de toute évidence blessés. L'un d'entre eux est autopsié à l'hôpital de la ville, puis emmené en d'autres lieux. Les événements font grand bruit et sont rapportés par la télévision Mexicaine, puis font le tour du monde. En Mai 1997, un scientifique accusé d'avoir participé à l'autopsie des aliens décédés déclare qu'il ne pourra s'exprimer sur le sujet que dans quelques années. En Juin 1997, 15 témoins acceptent de parler et confirment l'implication de l'armée Brésilienne dans la capture des extra-terrestres. Un autre témoin rapporte qu'on lui a offert de l'argent pour se taire.
Le cas de Varginha est unique en plusieurs de ses aspects. C'est tout d'abord une chance extraordinaire pour beaucoup de chercheurs d'avoir pu travailler sur un cas actuel et solide. Des ufologues comme Stanton T. Friedman et John Carpenter, qui pour beaucoup sont en quelque sorte l'"élite" de la discipline. Mais aussi pour des chercheurs Mexicains comme Ubirajara Franco Rodrigues et Vitorio Pacaccini qui furent les premiers à enquêter et firent connaître l'histoire. Des chercheurs comme Stanton T. Friedman qui est devenu un expert dans le cas légendaire de Roswell et savent comment fonctionne la machine à secret, ce qui se révèle essentiel en cette affaire et pour les recherches concernant le destin des aliens décédés et vivants qui auraient été transportés vers la base de Albrook au Panama.











Rapport d'une rencontre rapprochée du troisième type à Varginha
 
Citation:










 15 témoins confirment l'implication du policier militaire décédé dans l'affaire, dit l'ufologue Ubirajara Rodrigues. OUI, NOUS AVONS "ET":
Rapports d'une rencontre de troisième type à Varginha, le Roswell Brésilien.
Luiza Villamea, de Varginha (MG)
La ville de Varginha, dans l'état méridional de la Minas Gerais, est la version nationale [Brésilienne] de Roswell. Avec 120000 habitants, Varginha est devenu la capitale Brésilien de l'ufologie depuis que les récits de l'observation d'une créature étrange par trois filles a franchi ses montagnes et a gagné le monde (...)
La rencontre rapprochée du troisième type la plus extraordinaire jamais rapportée au Brésil a gagné en notoriété une fois associée à d'autres témoignages et même à des décès mystérieux.
Moins d'un mois après l'incident, le policier militaire Marco Eli Chereze, alors 23 ans, a succombé à une infection multiple sans cause apparente. "Il doit a été infecté quand il a touché la créature", suppose sa soeur plus âgée, Marta. Membre du P-2, le service de renseignement de la police militaire, Chereze est dédigné par les ufologues qui étudient le cas comme une victime d'une opération complexe de la police militaire qui a abouti à la capture de deux extraterrestres. (...)
Toutes les institutions cités par les ufologues nient l'affaire. Selon les informations publiées par la Police Militaire, Chereze n'a même pas été en service le 20 janvier 1996. La mère du policier, Lourdes, conteste cette affirmation. Elle souligne qu'elle se rappelle très bien ce samedi - un jour qui était d'abord ensoleillé et qui a eu un changement étonnant de la météo lors du coucher du soleil, avec des grélons qui brisèrent même les tuiles maisons. Lourdes indique que Chereze a travaillé en vêtements civils et a été employé pour conduire une voiture blanche Fiat (modèle "Premio") qui était sans fenêtre dans le côté du conducteur pour la Police Militaire. "Mon fils est passé à la maison à environ 18:00, avec sa chemise trempée", se rappelle-t-elle. "Il a changé ses vêtements et demandé de dire à son épouse qu'il ne rentrerait pas pour le dîner parce qu'il était en mission". (...)
Impliqué dans les investigations autour des ETs de Varginha depuis le jour suivant la rencontre rapportée par les trois filles, l'avocat Ubirajara Franco Rodrigues, ufologue depuis plus de 20 ans, certifie que la participation de Chereze dans l'épisode est confirmée par QUINZE TÉMOIGNAGES ENREGISTRÉS EN VIDÉO. Ce sont huit témoins militaires et sept civil, dont les identités sont maintenues secrêtes, pour des raisons de sécurité. Le "cas de Varginha n'est pas terminé", affirme Rodrigues. "Il est probable que la lumière ne soit faite que dans quelques décennies."
Parmi les nombreuses questions soulevées par les ufologues, il y a la mort de cinq animaux du zoo de la ville: deux cerfs communs, un macao bleu, un jaguar et un tapir. Sans raison apparente, ils sont décédés en même temps sachant que Terezinha Galo Clepf, 67 ans, femme au foyer affirme avoir vu un autre étranger au zoo en Avril 1996. L'endroit, d'ailleurs, accueillera d'ailleurs une statue en béton de l'Alien (...)
En raison des épisodes de ce genre, plus de quatre-vingts ufologues ont déjà été enquêter dans la région. Un d'eux, l'auteur espagnol J.J. Benitez, auteur de la série "Opération Cheval de Troie" a même annoncé la découverte des marques d'atterrissage d'un vaisseau spatial. "C'est complètement faux ", dit l'ingénieur Claudeir Covo, le président de l'INFA - institut national sur la recherche sur des phénomènes d'aérospatiaux. "Les marques alléguées ne sont rien d'autre que deux trous faits par un fourmilier", convient Rodrigues.
Actuellement, ces deux ufologues analysent le témoignage du petit entrepreneur Carlos de Souza, résidant de la ville de Sao Paulo, qui s'est récemment présenté comme témoin de la récupération d'un objet non identifié par l'armée, alors qu'il voyageait près de la ville [de Varginha]. "Quand ils m'ont vu, ils m'ont forcé à partir de là ", dit Souza. (...)












 Le Dr Palhares affirme qu'il pourra parler dans quelques années
Citation:










 LABORATOIRES A ACCES RESTREINT:
Jusqu'ici, nous suspectons de l'existence de quatre zones d'accès limité, des laboratoires d'usage militaire, deux étant situé dans l'UNICAMP [université de Campinas dans l'état de Sao Paulo, Brésil] et deux au CTA (centre technique de l'Armée de l'Air brésilienne). Tous sont les laboratoires souterrains. On permet seulement à quelques civils de pénétrer à l'intérieur de ces laboratoires, seulement ceux ayant les autorisations appropriées.
Les deux laboratoires du CTA se trouvent à la route de Tamoios, situés au kilomètre 6 et à l'autre aux kilomètres 12, et qui peut-être ont reçu les métaux étranges récupérés de l'accident du vaisseau spatial.
Les laboratoires d'UNICAMP sont localisés l'un à l'institut de la biologie, et l'autre à l'hopital Das Clinicas. Selon les témoins, qui ne veulent pas s'identifier à la presse, ces laboratoires ont reçu les corps des créatures étranges capturées à Varginha.
Un témoin affirme qu'une personne importante dans le domaine de la recherches l'a mené(e) au laboratoire d'accès restreint sous l'institut de biologie, à UNICAMP. Le témoin a décrit le laboratoire comme hexagonal et ayant des murs métalliques.
Un employé qui travaille avec le Dr. Badan Palhares [note du traducteur: le scientifique qui a été accusé d'avoir autopsié les créatures] un des corps est arrivé à l'hôpital Das Clinicas dans une boîte métallique avec des trous, transporté par deux militaires. Ils sont allés jusqu'à une salle avec un couloir ayant de nombreuses portes. On a interdit à la femme et aux deux militaires le passage d'une de ces portes. On leur a demandé de poser la boîte au sol et de repartir. La boîte a alors été enlevée vers un niveau souterrain par d'autres militaires qui ont étaint déjà installés là bas.
Another person, friend of Dr. Palhares, informed that Dr. Palhares himself said that : Une autre personne, ami du Dr. Palhares, a informé que le Dr. Palhares aurait dit ceci:
"Lorsque les portes s'ouvriront, je voudrais bien voir qui pourra tenir face à face avec cette créature ne serait-ce qu'une minute... "
...se référant à la créature en vie, et a son aspect horrible et son odeur fortement ammoniaquée.
Maintenant à la fin de l'année [N.d.T.: 1996], le Dr. Palhares a parlé en tant que conférencier au Collège Judiciaire de Campinas. A la fin de son entretien, un étudiant lui a demandé que s'il était vrai qu'il a fait autopsié les créatures capturées à Varginha, ce à quoi il a répondu:
"Si vous me posez cette question dans quelques années, peut-être que j'aurais plus de liberté pour vous répondre."
Un employé du cimetière d'Amarais à Campinas a informé qu'un des corps des créatures étranges est resté stocké et fortement gardé par les militaires, à partir de Février à Avril 1996, dans un des congélateurs de l'IML [note du traducteur: Institut de la médecine légale] situé dans une construction annexe de ce cimetière.
Un autre fait curieux est qu'après que nous ayons commencé à divulguer l'existence d'un laboratoire souterrain et d'accès restreint à l'hôpital Das Clinicas dans UNICAMP, rapidement tout les copies héliographiques avec les schémas des projets de structures de cet hôpital ont été enlevées. Très étrange...












 
Des mouvements de militaires et d'avions décrits par des témoins
Citation:










 Avocat à Varginha et ancien militaire, M. J.C. (les initiales sont factices, son vrai nom ne peut pas être indiqué) fut témoin des mouvements militaires dans la ville la même semaine où les filles ont aperçu la créature. "Après que les aient vu la créature, presque personne ne l'a noté, mais il y avait là n'étaient les avions de la VASP [note du T.: VASP: une compagnie brésilienne de ligne aérienne] au-dessus de Varginha, à une altitude très basse. J'ai également vu l'armée ratisser le secteur, il y avait là un bon nombre de militaires. Personne n'a rien remarqué."
J.C. a décrit les avions qui ont volé au-dessus de la ville comme étant deux F-5. (...) Il a dit qu'ils n'étaient pas en une formation normale, ils étaient dans quelque formation d'attaque... (...)
Cependant, le fait le plus important dont il a été témoin était la présence des véhicules de l'armée près d'un bois (près d'où les chercheurs affirment qu'un ET a été capturé). Il passait là et a vu un camion transportant environ sept soldats. Il n'a pas su ce qu'était l'intention de ces hommes: "Ils marchaient autour du secteur, comme pour une battue. Ils portaient les uniformes verts de campagne (camouflés). (...) Certains d'entre eux étaient en vêtements civis et ils ont marché par groupes de deux. D'autre gens les ont également vus, je n'étaient pas le seul à les voir. Elles ont disparu mystéreisuement, je pensent qu'elles se sont rendues compte de ce qu'elles observaient".
Quelques jours plus tard, J.C. a entendu dans un arrêt d'autobus près de sa maison [au voisinage de Jardim Amélia II, Varginha] quelques personnes commentant l'histoire. Ces personnes ont dit que le même jour ou il a entendu les avions, elles ont entendu le bruit de trois projectiles qui ont semblé être des balles de fusil. Une personne que J.C. connaît a donné plus de détails: "alors que je descendais la rue, j'ai entendu les projectiles, je ne me rappelle pas quelle heure il était. Ils sont sortis des bois avec deux sacs, mais je n'ai rien vu. Comme il me l'ont indiqué, c'étaient des sacs de campagne." Selon l'avocat, l'un d'eux était immobile, mais l'autre bougeait, il semblait qu'il y ait eu quelque chose de vivant à l'intérieur. Peu après cette opération, les camions ont disparu. Quelques curieux ont essayé de ratisser l'endroit, mais elles n'ont rien trouvé rien. Le tout s'est produit à environ 10:30 du matin.
UN RACCOURCI - mais J.C. indique que c'était seulement la première opération de capture. Selon son témoignage, il y en avait eu une seconde, qui a eu lieu entre 1:30 heure du matin et 2:30 heure du matin le même jour. Alors qu'uk quittait son bureau, tôt cette après-midi, il a vu un camion partir de la ville et s'arrêter sur le côté opposé d'un raccourci de terrassement. (...)












 Un témoin se voit offrir de l'argent pour démentir l'histoire
Citation:










 A.J.Gevaerd, Editeur: Mme Luisa Helena da Silva est la mère de Liliane et de Valquiria. Le 29 Avril 1996, à environ 10 heure du soir, quatre hommes bien habillés se sont rendus à son domicile en vue de la suborner, avec de l'argent et des marchandises, si leurs filles nient l'histoire entière, revenant sur leur compte rendu précédent. [...]
Luisa Helena da Silva: "Je ne sait pas qui sont ces personnes qui ont essayé de me suborner, parce que je ne les avais jamais vu avant et je ne les connais pas. Mais je sais que, un lundi, il y a environ deux semaines, elles sont venues ici à 22 heures. Je ne sais pas pourquoi elles sont venues en soirée, je pense que c'était pour que personne ne puisse les identifient dans la rue. Je n'ai pas d'habitude de visites à cette heure là. Ils étaient quatre hommes, tous en espadrilles sombres et costumes. Deux d'entre eux ont apparemment dans les 40 ans et les autres étaient plus jeunes. Deux d'entre eux étaient blancs et deux étaient bruns. Un des blancs était trop blanc, il a ressemblait à un Russe. Ils n'ont pas semblé être des militaires. J'ai pensé, à ce moment, que ce pourrait être des gens de la police, mais j'e ne le pense plus. Ce que je sais est que ces hommes, c'est certain, ne sont pas de Varginha. Mais deux d'entre avaient l'accent de la région du Minas du Sud."
LA TENTATIVE DE CORRUPTION ÉCHOUE - "[...] Il y avait seulement moi et trois de mes filles à la maison: Liliane, Valquíria et Fernanda, la plus jeune, qui dormait déjà. Ils ont tapé dans leurs mains devant la porte. Valquíria est allé voir et m'a indiqué qu'il y avait quatre hommes dehors. [...] Tandis que j'étais dans ma chambre à coucher changeant mes vêtements, ils sont entrés dans ma maison, n'ont pas attendu pour voir s'ils y étaient invité ou non, ils sont venus et sont entrés, envahissant ma maison. Ils ont dit mon nom, comme si ils me connaissaient déjà, ils ont dit qu'ils voulaient "bavarder" avec moi et avec les filles au sujet de l'ET qu'elles ont vu. Ils ont dit que ce moment était la seule occasion ou ils pouvaient être ici et m'ont demandé de fermer la porte à clef parce que c'était un entretien privé et que je ne pouvais recevoir aucune visite. J'ai été effrayée mais, quoi qu'il en soit, Valquíria est allé fermer la porte à clef."
"[...] J'ai demandé si Ubirajara les envoyait ici. L'un d'eux a indiqué qu'ils n'ont rien à voir avec Ubirajara et que je devrais l'oublier. Après qu'ils aient entendu les filles, je leur ai demandé qui ils étaient, ils m'ont dit que ce n'était pas mes affaires. Ils ont demandé à mes filles de quoi elles rêvaient, quel était mon travail, à combien se montait mon salaire, où mon mari travaillait et si la maison était à moi. Ils voulaient savoir quel était mon principal souci et si les filles travaillaient. [...]"
"Si je donnais ma parole que que je ne dirais rien au sujet de leur visite - particulièrement à Ubirajara et à Pacaccini - ils me feraient une excellente proposition. Ils les ont dits qu'ils étaient "la mine d'or" que nous n'avons jamais pensé avoir." Ils ont dit qu'ils savent que je suis pauvre. [...] Ils m'ont fait une proposition, dit qu'elle était irrésistible, qu'ils ne voulaient pas m'acheter, mais que cette aide était millionnaire."
"[...] Je n'ai désormais aucune tranquilité, parce qu'après que l'entrevue que j'ai accordée à "Fantástico", je ne sais pas ce qui peut se produire. [...] Comme j'avais peur, je leur ai donné ma parole. Ils ont dit qu'ils voulaient que je vennes avec mes filles, et personne d'autre, pour parler dans une station de TV, pas à cette petite station locale, mais dans une plus grande station en dehors de Varginha. Si je démentais tout, si je disais que mes filles n'ont jamais vu quoi que ce soit, et quelques autres choses que je devrais répéter avec eux [...] ils ont dit qu'ils payeraient en argent comptant. [...]"
"J'ai été si surprise que je n'ai pas demandé combien ils offraient. Ils ont seulement dit que je pourrais acheter une maison, payer mes dettes et cesser de travailler en tant que bonne. Je suis devenu très nerveux et inquiète... J'ai demandé s'il n'y avait pas un numéro de téléphone que je pourrais appeler un autre jour pour donner la réponse. J'ai dit que je devais réfléchir. Ils n'ont pas accepté et ont dit ils reviendraient. [...]"
"Après que nous soyons apparus dans "Fantástico ", parlant de la tentative de corruption, je suis sûr qu'ils reviendront. Pacaccini connait ma [situation] vie et si quelqu'un apparaît avec de l'aide, naturellement je serait reconnaissante. Mais je ne laisserais pas mes filles mentir, particulièrement en ce qui concerne cette matière très sérieuse. Même aussi pauvres, elles vont PAS mentir. Elles parlent avec la vérité du coeur, il y a là un bon nombre de gens impliqués..."
"Pour l'instant, je fais toujours le même travail, mais j'ai entendu une conversation disant que ce n'est plus que pour ce mois, parce qu'il y a un trop grand nombre de gens appelant à mon travail. Je ne sais pas ils ont découvert le numéro, il semble qu'il y a une personne qui nous observe, cela cause trop d'ennuis. Je travaille et puis les gens se mettent à appeler demandant à me parler. [...] Pour être honnête, ma vie s'est transformée en enfer après tout ce qui s'est produit."










Source : site Les OVNIs vus de près (qui n'existe plus)
  
           


           
           
           

_________________
http://www.ovni-infos-france.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ovni - infos france Index du Forum -> Ufologie -> Les classiques de l'Ufologie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com